Les arts du présenter

A trois reprises, du 19 mars au 20 mai 2012, du 6 mai au 30 juin 2013 et du 10 mars au 11 mai 2014, 17, Institut d’Études Critiques (basé à Mexico) et Trimukhi Platform ont organisé un séminaire en ligne de huit semaines dans le but d’interroger en profondeur les pratiques artistiques d’aujourd’hui. Dicté par Jean-Frédéric Chevallier en espagnol, ce séminaire s’intitulait : Las artes del presentar. Filosofía y arte contemporáneo (Les arts du présenter. Philosophie et art contemporain). Quels effets un dispositif artistique produit-il ? Comment ce dispositif est-il construit ? Y a-t-il nécessairement un lien entre la première et la deuxième question ? Au delà : quelles articulations permettent de passer de la composition esthétique d’une œuvre à la production de pensée par les spectateurs de celle-ci ? Jean-Frédéric Chevallier expliquait : « Souvent encore, quand on analyse une œuvre d’art, on se place du côté de la signification. Ce que l’on a vu ou entendu, on suppose que c’est l’artiste qui a voulu le dire. On prête à l’artiste l’intention d’avoir chercher à exprimer précisément ce que l’on a compris. Or, aujourd’hui, la tâche de l’artiste ne consiste plus à nous dire quelque chose mais à nous faire sentir de telle sorte qu’en nous naisse le désir d’en savoir davantage sur ce qui, soudainement, nous prend ou nous transporte. Le dispositif artistique est producteur – au présent – de sensations et de possibilités que, depuis cette activité des sens, du sens surgisse – au présent également. Les sensations expérimentées – quand elles font sens comme on dit –, opèrent tels des appels à réfléchir, des détonateurs de pensée. C’est là en tout cas la dynamique caractéristique des arts du présenter. » Au cours du séminaire, des expériences esthétiques personnelles (visionnage d’un film, de l’enregistrement d’une pièce théâtrale ou chorégraphique, lecture d’un extrait de roman, observation d’un tableau, écoute d’une œuvre sonore, etc.) alternaient avec l’analyse théorique du processus que ces expériences recouvraient. Le questionnement était constamment relancé par l’étude de textes philosophiques de Gilles Deleuze, Jean-François Lyotard et Jacques Rancière.

 


DÉTAILS DU PROGRAMME

Introduction • pourquoi penser les arts ensembles?
Première articulation • éveiller les sens et mettre en relation
Deuxième articulation • sentir l’interstice et le désir de désirer
Troisième articulation • présent du spectateur et présent de l’artiste
Quatrième articulation • donner sens et produire de la pensée
Conclusions • 1. existe-t-il réellement un lien entre la composition d’une œuvre et les effets esthétiques qu’elle produit? 2. arts sacrés , arts figuratifs, arts impressionnistes et arts du présenter


 

⇒ Lire « Fenomenología del presentar » de Jean-Frédéric Chevallier

Lire « Mon histoire des arts » de Jean-Frédéric Chevallier